Requalification de la RD7 : enquête publique jusqu’au 12 mai

Le département des Hauts-de-Seine a ouvert le 8 avril une enquête publique portant sur la requalification en boulevard urbain de la départementale 7 entre le pont de Suresnes et le Domaine national de Saint-Cloud. L’objectif de ce projet, estimé à 104 millions d’euros, est de permettre à tous les usagers de circuler en toute sécurité. Les Alto-Séquanais ont jusqu’au 12 mai pour donner leur avis.

Financé par le département des Hauts-de-Seine, avec la participation de la région Île-de-France et des villes de Suresnes et de Saint-Cloud, un « important projet » est envisagé pour « remodeler » entièrement la route départementale 7 en boulevard urbain à l’horizon 2026. La portion concernée se situe entre le pont de Suresnes et le Domaine national de Saint-Cloud, soit 3,3 km.

Vue de l’Estacade entre les rues Marcel-Monge et Louis-Blériot à Suresnes. © Studiography

Aménagements côté Suresnes. © Studiography

Ces travaux, estimés à 104 millions d’euros, poursuivent quatre objectifs principaux sur lesquels les habitants sont invités à donner leur avis à l’occasion d’une enquête publique qui a débuté le 8 avril et se prolonge jusqu’au 12 mai. Le premier objectif est de fluidifier le trafic routier en réaménageant des carrefours, en posant de nouvelles signalisations et en harmonisant la chaussée à 2 x 2 voies.

Le deuxième axe vise à sécuriser les déplacements des piétons et des cyclistes en créant des traversées sécurisées par la réalisation systématique d’îlots refuges et de larges trottoirs dédiés aux piétons, complétés par une piste cyclable bidirectionnelle de 2,50 à 3 mètres. Le troisième objectif porte sur la création d’un aménagement paysager « de qualité », offrant notamment des perspectives sur la Seine. Sont prévus l’implantation d’arbres d’alignement, accompagnés d’espaces verts, de part et d’autres de la chaussée et la revalorisation des berges de Seine grâce à la création d’une promenade paysagère continue.

Les habitants pointent la bétonisation et l’augmentation du trafic

Enfin, la requalification de la RD 7 ambitionne aussi de « valoriser le patrimoine local et historique ». Il est question de modifier en « profondeur » la place Georges Clémenceau pour sécuriser les passages piétons et vélos et préparer l’ouverture du musée du Grand Siècle en 2024 (réaffectation du tunnel menant à l’ancienne Caserne Sully et aménagement du parvis).

Vue côté Seine de l’Estacade entre les rues Marcel Monge et Louis Blériot (ville de Suresnes). © Studiography

Les premières réactions des habitants sont mitigées. Tout en reconnaissant l’utilité de réaménager le secteur, certains riverains déplorent l’abattage des platanes, « la bétonisation des quais de Seine » et le côté « ville nouvelle » du projet au détriment du charme de l’endroit. D’autres considèrent qu’il s’agit d’un projet « avant tout dédié aux voitures et aux camions puisqu’il s’agit de passer à 2 x 2 voies », ce qui risque d’augmenter le trafic et donc le bruit, et pointent la « suppression de nombreuses places de parking » sans alternatives.

L’enquête publique sur la requalification de la RD 7 porte à la fois sur les travaux d’aménagement et sur l’enquête parcellaire, c’est-à-dire les emprises du projet. « À l’issue de celle-ci, le projet peut être ajusté avant sa mise en œuvre », précise le département.

Sur le même sujet

Top