Les nouveaux dess(e)ins du périurbain

La résurgence de la question périurbaine advient probablement par l’urgence des transitions socio-écologiques et leur territorialisation. La mise à l’agenda, notamment, de la sobriété foncière par le ZAN, l’évolution des trajectoires résidentielles, économiques et sociales post-confinements ainsi que les nouvelles modalités d’habiter, de travailler et de consommer ont déclenché de nouveaux desseins pour les territoires et notamment les territoires périurbains. Comment les agences d’urbanisme doivent-elles les révéler, les dessiner, les accompagner ?

Reconsidérer les futurs périurbains – après les avoir décriés, puis réhabilités, dénoncés puis approuvés – comme des espaces à fort potentiel (foncier, biomasse, ENR, biodiversité, nouveaux rapports à la nature…), comme des espaces d’inter-relations (sociales et culturelles) complexes encore peu saisis par les gouvernances territoriales et comme des espaces de projet (de territoire, de société, d’inventivité démocratique) s’impose. Aussi, ce cycle de réflexion et de débat, intitulé « Les nouveaux dess(e)ins du périurbain » propose d’ouvrir le champ des possibles, en rappelant toujours la très grande diversité périurbaine.

Ce colloque marquera le lancement du cycle de réflexion « Les nouveaux dess(e)ins du périurbain » organisé par la Fnau (Fédération nationale des agences d’urbanisme).

De 10h à 16h30, Paris

Top